Contactez-nous

Doublé gagnant au Salon SATIS

Déjà 3 ans que je participe au salon SATIS (Salon des professionnels de l’Audiovisuel), invité par la plateforme Bepub, pour deux ateliers.

Le premier atelier, prévu le mardi 18 novembre 2014 à 14 h, avait pour thème “quelle structure choisir pour entreprendre dans l’audiovisuel”.

Pas facile de s’y retrouver entre :

  • les entreprises individuelles (Artisans, Commerçants, Professions libérales avec notamment les artistes auteurs affiliés à la Maison des Artistes ou à l’Agessa),
  • les sociétés commerciales (SARL, EURL, SAS, SASU et SA).

Plusieurs critères peuvent aider à déterminer la forme d’entreprise à créer :

  • la fiscalité (impôt société ou impôt sur le revenu ?),
  • la légalité (activité purement intellectuelle ou de production nécessitant l’emploi de salariés),
  • la crédibilité (quels seront vos clients ?),
  • la synergie (serez-vous seul ? Associés ? Aurez-vous besoin d’un investisseur ?).

Nous avons abordé ensuite les obligations fiscales et comptables liées aux différentes structures.

Pour en savoir plus, vous découvrirez sur notre site de nombreuses fiches experts dont notamment :

la compatibilité des différents statuts et les modes de rémunération
création d’entreprise, les conseils d’un expert-comptable

Vous pourrez également regarder notre vidéo :

Je voudrais me lancer dans l’audiovisuel, quel type d’entreprise dois-je créer et à quoi dois-je faire attention

Le second atelier, prévu le jeudi 20 novembre 2014 à 14 h, avait pour thème “devenir employeur dans l’audiovisuel”.

Objectif : comprendre comment un entrepreneur peut rémunérer des intervenants et surtout choisir entre les différentes possibilités qui s’offrent à lui, à savoir :

  • intermittent du spectacle avec un coût de charges sociales de 85 %,
  • salarié du régime général avec un coût de charges sociales de 75 %,
  • honoraires d’un travailleur indépendant avec un coût de charges sociales de 45 %,
  • droits d’auteurs avec un indépendant relevant de la Maison des Artistes ou de l’Agessa avec un coût de charges sociales de 22 %.

Évidemment, chaque cas induit des contraintes et des obligations. Mais pas question d’utiliser les diverses possibilités à tort et à travers..

C’est à partir d’exemples d’activités dans l’audiovisuel (scénariste, réalisateur, producteur, distributeur, monteur, créateur d’effets spéciaux, exploitant de salles, affichistes, créateur de bandes annonces….) que nous avons pu spécifier les meilleures solutions.

Pour en savoir plus, vous découvrirez sur notre site de nombreuses fiches experts dont notamment :

l’emploi et la paye des intermittents du spectacle

entreprises de spectacles ! Choix des modes de rémunération des intervenants

l’emploi des enfants dans le spectacle : ne passez pas à côté de vos obligations

l’emploi des artistes du spectacle à l’international : pour ne rien oublier

Vous pourrez également regarder notre vidéo :

Je vais devoir employer des intermittents du spectacle, comment je fais ?

Après de nombreuses questions tant sur le choix des structures pour entreprendre dans l’audiovisuel que sur les modes de rémunération, il a fallu se résoudre à clore les débats. Mais je reviendrai l’année prochaine.

Et vous ?

Images de Com’Com au Salon Satis…

Pourquoi travailler avec Com'Com ?

Fort d’une expérience de plus de 20 ans, Com’Com est le leader de L’EXPERTISE COMPTABLE ET RH spécialisée qui accompagne le spectacle vivant, les producteurs et éditeurs phonographiques, le cinéma et l’audiovisuel, les artistes auteurs et interprètes, les freelances, le jeu vidéo, le multimédia….

Une reconnaissance officielle de compétence spécialisée :

En décembre 2020, Eric HAINAUT, associé-fondateur, a eu l’honneur de se voir reconnaitre officiellement la compétence spécialisée en activités culturelles, créatives et artistiques par l’Ordre des Experts-Comptables d’Ile-de-France.